Sites et Monuments

Hérités d’un riche passé historique, Oran et sa Région recèlent de prestigieux sites, édifices et monuments qui constituent un atout et un potentiel indéniable pour le développement du tourisme urbain.

Depuis sa fondation en 902 jusqu'au début du XIXeme siècle, la ville a toujours occupé un site enclavé au pied du Murdjadjo, sur le ravin de l’Oued Errhi, avant de s'étendre peu a peu sur le plateau intérieur et le long

de la côte Est, formant plus tard le front de mer de la ville moderne Cette partie basse de la Cité, qui constitue le Vieil Oran, offre au regard une véritable fresque architecturale ou les édifices construits par les Ottomans et les vestiges de l'ancienne Casbah côtoient des fortifications espagnoles et des immeubles du début de la période française.

Au musée Ahmed Zabana d’Oran, on peut admirer de belles mosaïques provenant des ruines romaines du célèbre port Portus Magnus. Prés de Béthioua. Des restes de poteries et danciennes pièces découvertes prés du site des Andalouses et du coté de Madagh, atteste de la splendeur de la vieille cité punique qui se trouvait jadis en ces lieux.
Mais c’est surtout dans la ville d’Oran que l’on retrouve les principaux lieux, sites, et monuments témoins des grandes périodes historiques successives qui ont façonnés un prestigieux patrimoine

 La Place d’armes

  Devenue une place importante dans le nouveau centre ville d’Oran appelée  Place Napoléon, place Foch, place d’armes et actuellement place du 1er novembre 1954

 

 

La Stèle   de L’Émir  Abdelkader

Monument t érigé 1898 en souvenir de la bataille perdue contre l’Emir Abdekader tout  près du marabout de sidi Brahim à Ghazaouet le 23 septembre 1845. Le monument, se composait d'un obélisque de 8 mètres de haut, sculpté par aimé jules Dalou , surmonté d'une gloire ailée présentant une couronne de palmes et  une statue de femme tenant un drapeau, symbolisant la France écrivant les noms des soldats morts dans cette bataille. Cette statue a été rapatrié en gironde et remplacée par le buste de notre héros  l’émir Abdelkader.La bataille de Sidi Brahim, menée le 24, 25 et le 26 septembre de l'année 1845  par l'Armée de l'Emir Abdelkader contre l'occupant français à Ghazaouet  « Nemours »

Le Boulevard du Front de mer

 

 

 

Le Théâtre

Le théâtre d'Oran (ex-Opéra) est un bâtiment architectural de toute beauté  inauguré le  10 décembre 1907. Situé au niveau de la Place d'Armes, d’une capacité de 600 à 650 places assises et trois balcons.
Réalisé par les architectes (les frères Perret). En 1963 le théâtre est nationalisé, appelé Théâtre national de l’ouest Algérien  et depuis 1972 (théâtre régional d’Oran). Aujourd’hui  appelé théâtre régional d’Oran Abdelkader Alloula du nom du grand dramaturge Oranais.

La mairie

La première pierre fut posée le 14 juillet 1882. L'Hôtel de ville d'Oran a été  achevé en 1888 avec la pose des deux lions en bronze  sculptés par  auguste Caïn. Dominant la Place du 1er Novembre, c'est l'un des édifices parmi les plus majestueux et les plus connus à Oran.

Le Musée Ahmed Zabana 

Inauguré en 1935 appelés musés des beaux arts Louis Demaeght président de la société de géographie et d’archéologie. Considéré comme le plus grand musée d’Algérie de part sa collection en botanique.En 1986 rebaptisé musée Ahmed Zabana en hommage au premier chahid guillotiné en Algérie

LA CHAPELLE SANTA CRUZ   

Situé au sommet de la montagne du Murdjadjo construite en 1850 et remplacé par une basilique en 1954, elle offre une vue panoramique sur la ville d'Oran.

En 1849 une épidémie de cholera à la quelle s’ajouta une sécheresse frappa la ville d’Oran, la population espagnole décida de monter pieds nus et sur les genoux au sommet du murdjadjou en portant sur leurs épaules une statue de la vierge Marie. Une plaque commémorative signale : "dédiée à la vierge Notre Dame du Salut après l'épidémie de choléra de 1849 a été  Inauguré le 9 mai 1850 par Monseigneur Pavy, évêque d'Alger ». La statue a été mise en place sur la tour le 6 décembre 1873.

Le Fort de Santa Cruz 

Le fort de Santa-Cruz est un fort situé à Érigé par les Espagnols entre 1577 et 1604. Le fort a été théâtre de combats sanglants opposant Ottomans et Maures vassaux aux Espagnols et tribus arabes alliées. Ce fort se situe sur la crête du massif de l'Aïdour. Sa situation en faisait alors un point stratégique.