Le C.I.J.M.

Lors de la 3e édition des Jeux Méditerranéens en 1959 à Beyrouth, le responsable de l’organisation, le Président du CNO libanais, Gabriel GEMAYEL, également membre du C.I.O., comprit que l’existence de ces Jeux était fragile et proposa donc la création d’un Comité International des Jeux Méditerranéens qui intervint officiellement le 16 juin 1961.
Cette organisation internationale non gouvernementale à but non lucratif, composée des CNO affiliés et des membres du C.I.O. pour ces pays, eut donc pour premier Président Gabriel GEMAYEL, puis Mohamed MZALI (Tunisie), Claude COLLARD (France) et, depuis 2001, Amar ADDADI (Algérie).
Son Secrétariat Général fut assuré, après Ioannis KETSEAS, par Epaminondas PETRALIAS, Nikos FILARETOS, Minos KYRIAKOU et, depuis 2009, Isidoros KOUVELOS, tous grecs.
Le siège du CIJM est fixé à Athènes. Il fut abrité jusqu’en 2005 au sein du Comité Olympique Hellénique et depuis il est domicilié dans ses propres locaux mis à sa disposition par le Gouvernement Grec.
Le CIJM est propriétaire des Jeux Méditerranéens et détient tous les droits. Il désigne, tous les 4 ans, soit 6 ans avant l’édition concernée, la ville à qui il en confiera l’organisation.
Il est actuellement constitué des 25 CNO membres à savoir : Albanie, Algérie, Andorre, Bosnie-Herzégovine, Chypre, Croatie, Egypte, Espagne, Ex-République Yougoslave de Macédoine, France, Grèce, Italie, Kosovo, Liban, Libye, Malte, Maroc, Monaco, Monténégro, Saint-Marin, Serbie, Slovénie, Syrie, Tunisie, Turquie.
En-dehors de son rôle essentiel pour l’organisation des Jeux Méditerranéens, le CIJM:
  • Participe à la propagation des idéaux et principes de l’Olympisme tels que définis dans la Charte Olympique, ainsi qu’à la propagation de l’éducation olympique dans les pays du bassin méditerranéen ; les Jeux Méditerranéens sont placés sous le patronage du C.I.O.
  • Contribue au renforcement des liens d’amitié et de paix entre les jeunes et les sportifs méditerranéens, en participant au mieux à la promotion de la compréhension, la concertation, la coopération et la solidarité entre les CNO du bassin méditerranéen.
  • Organise des actions de développement et de coopération dans le domaine sportif, notamment en direction des pays qui en ont le plus besoin, afin d’aider à l’élévation du niveau de pratique et contribuer au développement du sport méditerranéen.
Son emblème se compose de trois anneaux entrelacés, représentant les trois continents, se reflétant dans la mer, élément commun et rassembleur. Il fit son apparition pour la première fois lors de l’édition de Split en 1979.
Il est régi par la Charte du CIJM, inspirée de la Charte Olympique, qui définit son mode de fonctionnement, ses objectifs et tout ce qui concerne les Jeux Méditerranéens.
Ses langues officielles sont le Français, l’Anglais et l’Arabe.